Khan Ishtar, "le banni" et les fils du sang...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Khan Ishtar, "le banni" et les fils du sang...

Message par khanibal le Mer 15 Mar - 1:29

ceci est le chapitre 1 de l'histoire de Khanibal, tel qu'il nous a été conté enfants par nos parents le soir au coin du feu...
Ces évènements se déroulent peu après sa fuite de l'orphelinat de SombreGorge.


Khan était sans arrêt assailli par des sentiments étranges puisque tout nouveaux pour lui; un mélange d'une immense joie d'être enfin libre mêlé à une immense tristesse d'avoir abandonné les seuls frères de misère qu'il eut jamais eus.
Ajoutez à cela la peur quotidienne de se faire reprendre, la faim et la soif qui le tenaillaient en permanence, la découverte des beautés de la nature par les grands chemins, les regards inquisiteurs de ceux qu'il croisait, et vous obtenez un cocktail détonnant d'émotions violentes et enivrantes.

Sa première rencontre fut hasardeuse et le hasard faisait mal les choses, comme il en avait pris l'habitude dans sa courte existence.
Deux rapineurs éméchés s'étaient mis en tête de le détrousser du butin qu'ils pensaient en sa possession, à tort.
Une esquive, retrait du buste, il fractura le premier nez d'un revers du coude tout en balayant les jambes de son adversaire qu'il cloua au sol avec un pieu taillé dans une branche anodine qui n'avait envie que de rester sur son arbre.
le second voleur prit alors ses jambes à son cou mais fut rattrapé en trois petits sauts de branches en branches. Il mourut sans savoir de quoi. l'histoire ne le précise pas, d'ailleurs... Car même l'homme qui avait assisté à la scène depuis sa cachette et avait détalé n'avait pas su l'expliquer.
Ce fut la toute première rencontre avec les "fils du sang".

Plus tard, bien des hommes de ce clan furent lancé à ses trousses, avec plus ou moins de succès, selon les cas.
Ce clan de voleurs, bandits, détrousseurs, et autres rançonneurs du royaume n'avait pas pour habitude de laisser un affront impuni et le faisait savoir. Son chef, "Dague Sourde", en avait fait la devise du clan et tenait à ce qu'il en reste ainsi. Une telle histoire racontée au plus grand nombre nuirait grandement à sa réputation et donc, aux revenus du clan, dont la puissance était avant tout basée sur la peur qu'il inspirait.

khan échappa à plusieurs tentatives d'assassinat en un laps de temps affreusement court et laissa volontiers une piste rouge sang derrière lui.
Mais le drow en eut vite assez de fuir et de se cacher de bourgade en bourgade et décida d'agir.
Ce qui nous amène au récit qui suit:

"...L'homme à la cape rouge se faufilait silencieusement de ruelle en ruelle, prenant soin de ne pas être suivi. Il marquait souvent des arrêts pour regarder alentours par précaution et se mouvait le plus souvent dans l'ombre. Mais tout ceci ne servit à rien ce soir là, car celui qui l'avait pris en chasse n'avait pas besoin de manifester sa présence, ni de le voir. Khan n'avait qu'a suivre la piste laissée par les effluves de son ignoble eau de toilette bon marché, tout en lui laissant suffisamment d'avance pour qu'il se sente en confiance.
Ainsi, quand le voleur poussa les planches dissimulant la porte secrète donnant à l'arrière cour d'une grande bâtisse richement décorée, le drow, en surplomb n'en rata pas une miette.
Il mit deux jours, depuis les toits alentours, les herbes hautes et les arbres touffus, à préparer son plan d'action.
Il savait que vivait là un homme immensément riche, officiellement notable de la ville, officieusement un gredin de la plus grande ampleur.
Il savait désormais qu'il y avait là en permanence une vingtaine d'hommes en arme et d'autres qui y passaient régulièrement, la nuit, ramener du butin ou remettre des rapports ou des missives.
Il n'avait pas le choix, il devait en finir...

... Au moment où l'elfe noir plongea la propre dague de son adversaire entre ses côtes, droit vers son coeur, il chercha le regard du chef de clan et y plongea ses immenses yeux rouges. Il n'y avait aucune haine dans ces yeux la, aucune violence, aucune colère. Il n'y avait que l'indifférence face à la mort.
L'homme corpulent glissa sans bruit au sol, replié sur lui même, sans cri ou râle d'agonie. Une mort propre, rapide, efficace.
Khan ishtar s'assit sur l'immense et lourd siège de bois sculpté et attendit l'arrivée des homes en armes qu'il entendait déjà descendre les escaliers de pierre. Ils entrèrent et découvrirent le cadavre de leur patron, la dague à lame diamantée encore plongée dans son flan.
Khanibal avait eu le temps d'apprendre les règles et coutumes de ce clan et savait que pour les Fils du Sang "tu deviens ce que tu tues".
Les hommes s'agenouillèrent devant leur nouveau leader et ainsi commença le nouveau règle du 'banni", celui que tous aujourd'hui nomment "khanibal, le fils su Sang"...

à suivre, chapitre 2, "les Fils de Sang et la Horde du Soleil Froid"
avatar
khanibal
Joueur
Joueur

Messages : 10
Date d'inscription : 14/03/2017
Age : 44
Localisation : sous le soleil dans mon hamac

Feuille de personnage
Nom du personnage: Ishtar
Prénom du personnage: Khan
Race: elfe noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Khan Ishtar, "le banni" et les fils du sang...

Message par baligrys le Lun 20 Mar - 20:27

C'est génial ! Peu importe les fautes de frappe vu le pavé que c'est donc bravo et j'attends la suite avec impatience ainsi que ton personnage en jeu.
avatar
baligrys
Joueur
Joueur

Messages : 95
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 17
Localisation : Touraine

Feuille de personnage
Nom du personnage: Lokh'tar
Prénom du personnage: Ergol
Race: Orc

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Khan Ishtar, "le banni" et les fils du sang...

Message par khanibal le Ven 24 Mar - 22:30

CHAPITRE 2: Khanibal et la Horde du Soleil Froid
ceci est le chapitre 2 de l'histoire de Khanibal, tel qu'il nous a été conté enfants par nos parents le soir au coin du feu...
Ces évènements se déroulent après son accession au trône du clan des "Fils du Sang".


Alors que tout semblait frôler la perfection, Khan n'était pas heureux...
Bien sûr, les finances étaient au beau fixe et toujours plus d'or rentrait dans les caisses; bien sûr, il avait le respect et l'amour de ses hommes qui , toujours plus nombreux, exerçaient leur "métier" avec zèle et dévouement...
La renommée de son clan aurait satisfait le plus exigeant des chefs et faisait pâlir de jalousie tous les autres; oui mais voila, Khan n'était pas heureux.

Au sortir d'une réunion officielle, une de celles auxquelles il était convié en tant que notable de la ville, ce qu'il n'était qu'en surface, il heurta, sans intention, une fillette et s'excusa en l'aidant à se relever.
Le drow essuya les petites larmes des joues de l'enfant et tenta un large sourire rassurant, en supposant qu'un drow qui sourit soit rassurant, bien sûr. La petite fille s'enfuit à toutes jambes.
Quelques jours plus tard, Khan croisa à nouveau cette enfant qui jouait dans un parc qui avait connu des jours meilleurs. Ce même parc dont le Khanibal avait refusé de financer la rénovation quelques jours plus tôt à la réunion de la ville. Les drows se fichaient éperdument du parfum des fleurs et de l'ombre que procure un bel arbre centenaire...
Pourtant cette vision l'attrista. Il décida sur le champ d'envoyer un courrier au bourgmestre pour accepter le chantier du parc.
Quelques jours encore ont passé quand le chef des Fils du Sang croise à nouveau la route de la fillette. Il s'arrêta à sa hauteur, se pencha vers elle et lui dit tout bas:
-" Hey, petite. Tu as vu qu'ils ont commencé à remettre le parc en état? Tu pourras bientôt y jouer en toute sécurité."
La fillette le regarda et haussa les épaules en signe de dédain. Elle aussi se fichait de ce satané parc...
Un matin, au marché, khan s'acheta un sorbet aux fruits; la journée était particulièrement chaude pour la saison. Il aperçut alors la petite fille adossée à une façade d'échoppe non loin de là et décida de lui offrir une glace à elle aussi.
L'enfant accepta la glace et l'enfourna à une vitesse incroyable avant de s'enfuir sans un mot.
Ce même jour, la nuit tombant, l'elfe noir aperçut la fillette assise sous un porche, sur une barrique de rhum, juste en face de son imposante demeure. Il sortit et alla à elle.
-"Bonsoir, petite. La glace t'a plus ce matin, on dirait."
Elle leva les yeux lentement, feignant la surprise, bien qu'elle l'avait déjà remarqué par les fenêtres et qu'elle l'avait vu arriver de loin. Elle avait même choisi cette place dans ce but précis.
Quand la petite fille parla, sa voix n'avait rien de celle d'une enfant, elle était rauque, métallique, mature, dure...
-"Bonsoir Khan..." Elle laissa un temps de pause afin qu'il comprenne bien qu'elle en savait plus sur lui.
-"... Puis je te poser une question?"
Ce genre de phrase ne nécessitait pas de réponse car Khanibal savait qu'elle poserait sa question. Il hocha tout de même la tête et s'assit à côté d'elle.
Ne vous y trompez pas, ce n'est pas là une marque de confiance ou de tranquillité de la part de l'elfe mais un stratagème de précaution. En effet, assis lui aussi ainsi, il ne donnait plus dos à la ruelle et pouvait voir venir de loin quiconque se présenterait. Il avait ainsi pu également faire signe discrètement à ses guetteurs, invisibles d'un oeil non aguerri.
L'enfant posa donc sa question, une question surprenante:
-"Es-tu un gentil, Khan? Es-tu du bon côté du miroir?"

Le drow était interloqué. Mais l'attitude de son interlocutrice laissait penser qu'elle attendait une vraie réponse à ça.
Et cette réponse, Khan ne l'avait pas.
certes, il oeuvrait pour la ville, certes, il aidait les démunis, il faisait distribuer du pain, rénover les bas quartiers à ses frais, grâce à ses hommes les rues étaient bien plus sûres...
Mais, en grattant un peu, d'où lui venait sa fortune?
A cet instant précis, le Khanibal comprit ce qui lui manquait vraiment, il comprit ce sentiment permanent de malaise, cet absence de bonheur, ce vide.
Cette gamine venait de lui renvoyer en pleine face le reflet de ce qu'il refusait de voir et qui était pourtant si criant de vérité: Il n'était pas un "gentil"...

Comprenant qu'elle avait atteint son but, l'enfant se leva et s'éloigna en gambadant, sautant dans les flaques, comme l'aurait fait une petite fille espiègle de son âge.

De ce jour, le drow était devenu presque schizophrène, en perpétuelle dualité entre les deux facettes de son âme. D'un côté il faisait de plus en plus pour devenir un homme bon et dépensait sans compter pour venir en aide; de l'autre, toujours plus d'or rentrait par les sous-terrains, provenant d'encore plus de crimes et de rapines.

Il en vint à se disputer à ce sujet avec son plus fidèle lieutenant, Gregor Munthar, dit "le vent". Gregor avait acquis ce surnom car on prétendait qu'il était un jour entré dans une salle de banquet par un trou de souris et qu'il en était ressorti bien avant que les corps de ses douze victimes ne touchent le sol.
Gregor trouvait que son maître était devenu trop tendre et le lui reprochait ouvertement. Il n'aimait pas la tournure que prenait le clan et commençait à songer à le quitter, à regrets, bien sûr, car ces deux là s'appréciaient vraiment.

Le jour où le lieutenant annonça qu'il songeait à créer son propre clan déclencha en Khan une réaction surprenante et détermina l'avenir du drow.
Une idée avait germé dans son esprit torturé.
Il prépara donc en secret son plan.

Le nouveau clan de Munthar se nommait; "La Horde du Soleil Froid"
Gregor n'avait pas le sens des formules, visiblement, mais ça marchait.
Ses hommes, pour la plus part d'anciens compagnons des Fils du Sang, reprenaient un à un les tripots, auberges, salles de jeu, repaires et autres caches d'armes de Khan, sans que celui ci ne réagisse.
L"affaire commençait à faire du raffut dans les milieux de connaisseurs et beaucoup parlaient déjà de la fin d'un règne.
En vérité, ceux du Soleil Froid n'étaient rien d'autre que ceux des Fils du Sang sous une autre bannière, fidèles à leur chef et obéissant aux ordres.

Grégor:
-"Alors c'est décidé?"
Khan lui sourit, amusé de la tournure que prenaient les choses.
Ce plan, préparé de main de maître depuis des lunes, avait tourné en triomphe.
Khan:
-"Oui mon ami, le moment est venu, ne le sens tu pas?
tenir cela secret plus longtemps va s'avérer impossible..."
Le lieutenant baissa la tête, dépité. Il gagnait un trône mais perdait un ami cher.
-"Soit! Qu'il soit fait selon ta volonté. Pas de retour en arrière, tu le sais?"
Khan:
-"Je sais. Tu me manqueras mon ami."

Le drow couvrit ses habits de sang frais, dégaina sa dague à lame diamantée et la baigna dans le sang.
Quand les gardes entrèrent dans la grande salle, ils trouvèrent Grégor, la dague vénérée en main, penché sur le cadavre de leur maître et saluèrent instinctivement leur nouveau chef. Comme le voulait la loi, nul ne posa de question et, cette nuit là, tous pleurèrent longtemps la mort de leur seigneur elfe.

Officiellement, le clan des Fils du Sang a été dissout suite à la mort de son leader et la Horde du Soleil Froid a pris la place et le contrôle sur tout ce qui se faisait de criminel et d'illégal sur le royaume.
Nul ne fit le rapprochement entre le défunt et cet elfe noir qui erre depuis, de contrée en contrée, le sourire aux lèvres, la fleur entre les dents, à la recherche de ce qui lui aura finalement le plus manqué tout au long de sa vie: LE BONHEUR...


à suivre, chapitre 3, "khan Ishtar, le Khanibal n'est plus..."
avatar
khanibal
Joueur
Joueur

Messages : 10
Date d'inscription : 14/03/2017
Age : 44
Localisation : sous le soleil dans mon hamac

Feuille de personnage
Nom du personnage: Ishtar
Prénom du personnage: Khan
Race: elfe noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Khan Ishtar, "le banni" et les fils du sang...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum