Récit RP : Harim et le village de Bernaroc, expédition en Avhelen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Récit RP : Harim et le village de Bernaroc, expédition en Avhelen

Message par baligrys le Mar 21 Mar - 7:29

[HRP] Ceci est un récit rp, il est destiné à devenir un ouvrage disponible sur le serveur, les exemplaires seront disséminés aux quatres coins du serveur et sera en au moins 5 parties. Je le poste d'abord sur le forum pour tenir compte de vos conseils, remarques et objections, merci beaucoup de prendre le temps de me lire, pour vos situer les évènements prenne lieu une 50aine d'années avant notre ère [HRP]

*Vous trouvez alors un grimoire en bon état. La reliure est encore en place, de fait qu'elle semble être en acier solide, et la couverture de vélin témoigne de la richesse de l'auteur de l'ouvrage, cependant il ne semble pas être signé et les pages sont beaucoup plus vieilles à première vue que les couvertures…Quoi qu'il en soit, l'excitation vous prends et vous commencez désormais votre lecture de l'intriguant ouvrage…*

Nous vivions dans le plus glorieux des pays, dans la cité la plus majestueuse dont nous étions les valeureux protecteurs; nous étions les nains de Nasz-Kraek, le coeur du royaume des nains à notre époque.
Cette ville était née de la main des Rois Marchands, une assemblée de notre peuple venu bâtir un royaume prospère loin de leur perfides ennemis aux oreilles pointues et le royaume connaissait encore à ce jour un période d'abondance sans précédent. On lança alors une idée au peuple du royaume, celle de la conquête par delà les frontières connues. La totalité du peuple en était ravi, si on éparpillait le peuple nain dans le monde, ils seraient alors la puissance dominante !
C'est alors qu'on forma nos expedition.
La mienne était celle d’Harim Sabot-Gris, que nous appelions tous “l’oncle” du fait de son âge canonique. Il avait été un mentor pour moi durant toute notre préparation et je le considérais comme tous comme un véritable père et ami. Notre objectif était une terre dont certains de nos membres les plus aventureux avaient seulement entendu parlé, Avhelen.

Le premier jour du mois de Godrem, nous quittions notre royaume vers ces terres inconnues. La plupart des membres étaient des géographes, des cartographes et des astrologues, les autres étaient parmis les meilleurs guerriers du royaume, néanmoins j'avais pris place parmi les nains d'esprit.
Après deux semaines à travers les plaines de glace de Himbrae et les pics boisés de Glammaroc, nous arrivions à la frontière d'un bois ou l'on pouvais voir la présence de bûcherons, caractérisée par comme on s'en doute, beaucoup de souches d'arbres “décapités”. Un marchand nous avait averti qu'à notre arrivée en Avhelen, nous aurions à passer par un village humain plutôt sectaire.
Le temps était humide et l'air pesait lourdement sur le barda des nains de l'expédition alors que nous arrivions à Berneroc. Le village était un agencement de chaumières et de masures en vieux chêne, et les cheminées expiraient une fumée chaleureuse. Cependant l'ambiance était tout autre et nous le découvrîmes en avançant vers la place centrale. Si je ne parle pas des habitants, c'est parce que nous les avions pas encore rencontrés mais nous nous aperçûmes rapidement que nous étions observés de derrière les fenêtres des bicoques.
Alors que nous attendions dans le silence depuis plusieurs minutes déjà, mutés par la fatigue, lorsqu’un homme apparut depuis une porte tremblante. Sa démarche lourde et assurée nous fit rapidement comprendre que c'était le dirigeant ou le porte-parole du village, il était plus grand et affublé d'un gilet en toile grisée qui s'accordait avec ses cheveux d'homme âgé. Il se posta devant nous, d'un air fier de sa taille supérieure, et nous dit quelque chose de ce genre : “ vous n'êtes pas les bienvenus ici-bas”. Nous restions stoïques, interloqués et de manière à se montrer plus convaincant il releva légèrement son gilet pour nous permettre d'entre-apercevoir le scintillement d'une lame à sa ceinture. À cet provocation Harim sorti du groupe en avançant vers l'homme. Droit, il le regarda en relevant sa tête d'un air valeureux, le fixa avec une étincelle indicible de volonté qui ferait pâlir n'importe quel être sain d'esprit, et lâcha un lourd : “ On va traverser votre village, vous allez nous laissez faire, puis on continuera notre route”. Devant le porte-parole était tétanisé, paralysé par la présence du vieux nain, et les laissa s'éloigner avant de tomber à genoux, exténué. Les nains pensèrent alors s'arrêter dans un quelconque auberge sur la route pour la nuit…

Une heure de plus avait passé et les nains était sur leurs gardes toujours intrigués par le rejet que nous avions subi. À contrecœur, un panneau sur le bord de la route indiquant l'écroulement du pont nous conseillait de passer par une forêt mal aménagée pour une expédition de petits gens barbus, car parsemée d'arbres géants aux racines volantes qui se dispersaient au fil de la forêt tel un long chemin de bois solide, mais en plus “racineux”. Nous décidions néanmoins après de mouvementées négociations de traverser la forêt pour gagner quelques jours de trajet vers notre objectif à l'est.
L'ambiance était plutôt tendue, les arbres larges et nombreux réduisaient beaucoup notre champ de vision si bien que notre attention était à son paroxysme. C'est alors que nous l’entendirent. Ce bruit stoppa Harim net et les autres nains suivirent étant donné qu'il marchait en tête. C'était un bruissement de feuilles très léger, si bien qu'il aura paru être normal, mais aucun vent ne soufflait sous la dense canopée. Tous sortirent alors les épées de leurs fourreaux et les haches de leur ceinture…nous étions prêt à en découdre malgré notre fatigue extrême.
Mais contrairement à ce qu'on pourrait attendre un silhouette fine et grande apparu dans la moindre crainte en sautant avec légèreté d'une haute branche, et accompagné d'une autre ombre, plus petite et très trapue. Les nains restaient sur les gardes et redoublèrent de détermination en voyant sortir les deux individus de l'obscurité. L'un d'eux dit alors d'une voix joviale : “ He ! pas de panique à avoir mes frères on est pas méchant “ Celui qui avait dit ça était lui aussi un nain, plutôt gros, bien barbu et vêtu d'un vêtement large et d'une culotte strié ceinturée d'acier, il s'appelait Tolish et à sa droite, un grand elfe parle du nom de Amos nous regardait avec nonchalance, le regard vide, comme perdu. Après avoir fait connaissance, Harim décida que les individus n'étaient pas des menaces et que des contacts de confiance seraient les bienvenus. Tolish se proposa alors de nous accueillir en sa demeure pour quelques nuits le temps de refaire nos stocks.

Il habitait à la lisière de la forêt sous l'ombre d'une petite montagne boisée, sa demeure était constitué d'un seul et énorme bâtiment : une masure en bois très haute qui était allongée sur quelques 100 mètres avec une forme en “L”. L'édifice était impressionnant et se nommait La Brasserie Cœur-de-Lion et à l'écoute de ce nom le moral des nains revint miraculeusement ! Sacré soifards… Bref, nous nous sommes installés avec nos lits d'appoint dans les premiers et seconds hall, et nous avons commencé notre nuit bien méritée.
À notre réveil causé par l'arrivé d'un porc dans la brasserie, nous avons été interloqués par l'agitation qui régnait à l'extérieur du bâtiment. Tolish était posté sur le parvis, en train de discutailler violemment avec un marchand qui vraisemblablement avait ramené sa caravane un peu trop vide au vu du nain. Amos observait la scène adossé à un gros chêne, en écoutant attentivement sans intervenir. Tolish fini par conclure, et nous invita à décharger la cargaison.
Tolish Barbas était un maître brasseur nain, un des derniers d’Avhelen, et la recette qui lui avait valu ce titre était son excellente bière Dorada, qu'il tenait de son ancêtre, un certain Flocky dont même sa famille à oublié le vrai nom. À ce titre, il avait fait venir les meilleurs ingrédients de la région, blé doré, houblon de Mercato, sucre de canne rosée… Cependant les ingrédients n'étaient pas en énorme quantité, ce qui nous interpella car cela ne collait pas avec une production énorme qu'on peut attendre dans une brasserie de nain. Cela avait plusieurs raisons, la première étant qu'il gérait l'infrastructure seul et que les habitants n'étaient pas des clients, et la seconde étant celle qu'il nous compta par la suite. En effet, le soir même et voyant notre méfiance grandissante, Tolish commençait son récit…

*On se quitte sur ce petit cliffhanger les amis, merci d'avoir lu ce très long morceau et à bientôt pour la suite*
avatar
baligrys
Joueur
Joueur

Messages : 95
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 17
Localisation : Touraine

Feuille de personnage
Nom du personnage: Lokh'tar
Prénom du personnage: Ergol
Race: Orc

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récit RP : Harim et le village de Bernaroc, expédition en Avhelen

Message par Lord.Yris le Lun 17 Avr - 19:16

Bon texte!
avatar
Lord.Yris
Joueur et actif forum !
Joueur et actif forum !

Messages : 277
Date d'inscription : 02/01/2017
Age : 14
Localisation : 78902 Poséidonopolis, Atlantide

Feuille de personnage
Nom du personnage: Yris
Prénom du personnage: Garrim
Race: Humain/Loups-garous

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum